- Un lieux précieux: le puits de Cauvel -

L'eau , c'était le puits communal* au fond de la combe.

C'était «le lieu précieux de Cauvel» comme l'a souligné Mme Julier, la dernière agricultrice de Cauvel, lorsque nous l'avons rencontrée.

Ce puits ne tarissait jamais. Même les gens de Saint Rome et de Versels venaient y chercher de l'eau durant l'été en cas de sècheresse. Le troupeau de Polignac venait aussi s'y abreuver.

Trois chemins bordés de murets conduisaient au puits : celui qui descendait de Cauvel, celui qui venait de Saint Rome et un troisième qui passait entre Corgne et le Vors.

La pompe de la fontaine a été mise en place par Basile Julier dans les années 30. Venu en 1925 du Causse Méjean aride et désertique, il avait acheté la Grande Maison de Cauvel car il voulait «une ferme qui ait du bois et de l'eau».

Lorsqu'en 2004, à la suite de deux incendies consécutifs et de la démolition de cette fontaine, nous avons constitué l'association «Les amis de Cauvel», nous nous sommes proposé de restaurer le patrimoine du hameau. Nous voulions reconstruire la fontaine . Le chemin indiqué sur le

cadastre n'existait pratiquement plus, gagné par la végétation proliférante, remplacé par un chemin d'exploitation plus propice au passage des engins agricoles. L'auge de pierre ronde avait disparu depuis longtemps. Les auges rectangulaires étaient

certes fissurées avant d'être achevées à coup de pelle mécanique. La pompe rouillée avait tout de même été récupérée. La place était envahie par les herbes, des buissons et des arbustes. Les murets

bordant la place étaient tout aussi délabrés. Plus personne depuis trente ans ne venait prendre d'eau au puits qui avait fait vivre les familles de Cauvel pendant trois siècles avant l'abandon, la renaissance et l'adduction en eau potable...

Mais nous étions heurtés par cette «mise en sécurité» :
le puits recouvert d'une plaque «d'égoût» au milieu des folles herbes car voici ce qu'il en reste :

En 2007, nous nous sommes adressés au maire de l'époque qui est aussi avec ses fils le fermier des champs entourant le puits et membre actif du groupement forestier gérant des terrains autour de Cauvel :

«...Un troisième point nous tient à cœur. Il s'agit du puits communal situé au bas de la combe, au bout du chemin descendant du hameau, aujourd'hui presque disparu sous la végétation proliférant mais bien lisible sur le plan cadastral. Sans ce lieu précieux sur le causse, Cauvel n'aurait jamais existé. Il se trouve que l'eau redevient un enjeu fondamental non seulement pour le causse mais pour la planète. Aussi, à notre petite échelle, nous semble-t-il essentiel de préserver une telle source, un bien public. C'est pourquoi nous souhaitons dans un premier temps défricher, nettoyer puis entretenir le vieux chemin et la place de la fontaine à laquelle il conduit comme nous entretenons les terrains sectional et communal près des maisons.»

La dépose en mai 2004 de la pompe et la démolition des vieilles auges qui restaient là comme les témoins muets du passé de Cauvel a beaucoup ému certains d'entre nous mais nous avons entendu qu'il s'agissait d'une « mise en sécurité ». De fait le puits lui-même est intact. Nous souhaitons dans un deuxième temps remettre une pompe et une auge pour désaltérer les promeneurs ou abreuver les bêtes et restaurer les murets.

Ne voulant pas grever le budget communal, nous vous proposons de le faire nous mêmes en tant qu'association au fur et à mesure de nos disponibilités.»

La réponse fut ahurissante : le chemin d'exploitation est privé, le propriétaire ne souhaite pas d'aménagement du puits, la pose de la plaque en fonte répond à un souci de sécurité . Or, les derniers agriculteurs de Cauvel, M. et Mme Julier sont formels : le puits était public jusque dans les années soixante, avant la désertification du hameau et il a toujours été ouvert à tous. Aucune preuve d'aliénation de ce bien public nʼa été apportée. Nous avons réagi dans le souci de garder la question ouverte :

«...Nous avons bien pris connaissance de votre courrier en date de 10 juillet 2007 par lequel vous nous faites savoir l'impossibilité pour notre association de procéder à la réfection du puits de Cauvel ainsi qu'à la remise en état et à l'entretien du chemin qui y mène.
! Notre demande, comme vous le savez, émanait d'un désir de mettre en valeur un patrimoine que nous pensons communal, du moins pour ce qui est du puits grâce auquel, pendant longtemps, les habitants du hameau et leurs bêtes ont pu vivre.

Quant au chemin bordé de murets de pierres sèches qui conduit à cet axe autour duquel toute la vie s'organisait, il méritait selon nous une attention particulière.
! Cette restauration qui aurait mis en lumière un élément essentiel du quotidien à Cauvel aurait profité tant à la commune qu'aux passants randonneurs amoureux de nature et de la vie sur le Causse.

Nous prenons cependant et bien à regret, acte des faits que vous nous exposez.

Toutefois, nous aurions souhaité savoir si, en cas de nécessité, les habitants de Cauvel seraient autorisés à puiser l'eau du puits.»

Aucune réponse nʼest venue. Notre association se maintient pour exercer un droit de regard et de proposition citoyens et conserver la mémoire de l'eau de la fontaine de Cauvel. C'est aussi le rôle de ce site et de ce blog.

Qui sait ? À l'heure du classement des Gorges du Tarn et des Grands Causses au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO, Cauvel, sis sur la commune de Saint Rome de Dolan, se trouve sur les trois mille kilomètres carrés protégés au titre de l'agropastoralisme qui, au fil des siècles, a façonné ces paysages. La question de l'eau y a toujours été vitale.



Martine Broussy
Présidente de l'association depuis 2010


Accueil - Le Hameau - Le gîte "les huttes" - Le gîte "Cauvel Inn" - Les amis de Cauvel: Les calvaires , Le puits , Les terrains sectiaunnaux , Les responsables , Les statuts - Situation et accés - Activités - Nous contacter