- Restauration des calvaires -

Le premier souci de l'association fut la préservation du patrimoine.

Les calvaires étaient en mauvais état.

La croix naïve du second avait même disparu.

La Lozère a été une terre de foi. La croyance profonde de cette société rurale ne s'embarrassait probablement pas de considérations métaphysiques. Le Credo du paysan, chanson populaire du début du XXème siècle, montre que seule, la certitude d'être soumis au divin créateur, entrait en ligne de compte. Cette foi ardente et naïve surgissait ici et là comme autant de croix dressées à l'entrée des villages et au carrefour des chemins, en commémoration de quelque mission comme il était d'usage au XIXème siècle.

Il va de soi que les motivations des « Amis de Cauvel » n'étaient pas aussi religieuses. Citadins amoureux des vieilles pierres, engagés dans la restauration de ce hameau déserté, nous voulions préserver les élans et la mémoire de ceux qui nous ont
précédés dans ce bout du
monde et dans un
contexte historique et
social si différent du
notre.

Nous souhaitions restaurer nous-mêmes ces calvaires mais le maire de l'époque a préféré que la commune de Saint Rome s'en charge.

Notre enthousiasme de gens venus d'ailleurs pour un patrimoine délaissé en raison du fort exode rural qui a marqué la terre de Lozère apparaissait peut-être comme un reproche pour ceux qui étaient restés au pays...

On ne peut aujourd'hui que se réjouir de la restauration de ces témoins pétrifiés d'une foi ardente aujourd'hui évanouie qui nous rappellent que nous ne sommes que de passage.


Accueil - Le Hameau - Le gîte "les huttes" - Le gîte "Cauvel Inn" - Les amis de Cauvel: Les calvaires , Le puits , Les terrains sectiaunnaux , Les responsables , Les statuts - Situation et accés - Activités - Nous contacter