- Le puits : les archives de 1870 témoignent -

C’est avec beaucoup d’émotion que nous avons trouvé en novembre 2012 ces superbes documents aux Archives de la Lozère à Mende. Il s’agit d’une lettre des habitants de Cauvel écrite en 1870 au Préfet pour lui demander la réfection du chemin conduisant au puits du village et des réponses de l’administration.

   Cette lettre est signée par Messieurs Monestier, Carrière, Galtié, Solanet, Carrière, Galiéret, Geniez, Vors, Carrière et Bro, plus une signature illisible. Ces hommes vivaient à Cauvel voici bientôt 150 ans ! Les femmes, quant à elles, vouées à la domesticité, ne signaient pas…

   La lettre dit ceci (téléchargement des fac-similés des archives) :

« Les soussignés, tous habitants de la commune de Saint Rome de Dolan, canton du Massegros, arrondissement de Florac ont l’honneur de vous exposer que dans la section de Cauvel, à une distance de cinq ou six cents mètres du village de ce nom, se trouve, situé dans un bas-fond, un puits qui ne tarit jamais et qui a été toujours pour eux et leurs devanciers une ressource des plus précieuses, inappréciable presqu’à toutes les époques où le terrible fléau de la sècheresse a sévi, même dans sa plus grande intensité, comme cette année-ci, ce puits leur a toujours fourni toute l’eau nécessaire pour satisfaire à leurs besoins personnels et à l’alimentation de leurs bestiaux, que le chemin qui y conduit est un chemin rocheux, à pente rapide, impraticable pour les chars et charrettes qu’il serait cependant si utile de pouvoir y faire accéder.
   L’utilité, la nécessité et même l’urgence des réparations à faire à ce chemin sont depuis longtemps reconnues, mais faute de fonds, elles n’ont pu jusqu’ici être exécutées. En conséquence les soussignés viennent supplier Monsieur le Préfet de leur accorder ou faire accorder une somme de six cents francs pour qu’au moyen de cette somme et d’une journée d’homme que chacun des soussignés s’oblige à fournir, le chemin dont il s’agit puisse être mis en état de bonne viabilité.
   Dans l’attente que leur demande sera favorablement accueillie, ils ont l’honneur d’être de Monsieur le Préfet, les très humbles, très respectueux, tout dévoués serviteurs et administrés.

St Rome, le 10 juillet 1870

 

   Suivent deux rapports d’agents voyers. Le premier, rattaché à Meyrueis, appuie tout d’abord la nécessité de réparer ce chemin avec force descriptions :

« …On arrive à ce puits par un chemin s’inclinant avec la pente fort inclinée de la montagne. Le chemin est encaissé dans des murs grossièrement construits. La voie est hérissée de rochers qui rendent la circulation très difficile. Sa longueur est de 600 mètres. Il est très fréquenté, surtout en été et aux époques de sècheresse en ce qu’il aboutit à une source où viennent puiser tous les villages environnants… »

On imagine bien l’animation du lieu qui correspond jusqu’aux années 1960 à ce que nous ont décrit les derniers fermiers de Cauvel, M. et Mme Julier. Mais l’agent conclue défavorablement car ce chemin n’est pas compris dans le réseau vicinal qui ouvre droit aux subventions … L’agent-voyer principal de Florac corrobore cette réalité et au vu de ces deux rapports, le Préfet, dans une lettre au maire*, rejette la demande de subvention

* (de 1870 à 1898, le maire de St Rome est Amédée Monestier, le plus gros propriétaire de Cauvel qui a signé la pétition)

Accueil - Le Hameau - Le gîte "les huttes" - Le gîte "Cauvel Inn" - Les amis de Cauvel: Les calvaires , Le puits , Les terrains sectiaunnaux , Les responsables , Les statuts - Situation et accés - Activités - Nous contacter